Une étude sur l'impact des objets connectés signée EMC2


Les capteurs vont multiplier par 10 la taille de l’univers numérique d’ici 2020.
Une étude sur l'impact des objets connectés signée EMC2



EMC dévoile les résultats de la 7ème édition de son étude Digital Universe, qui dresse le portrait de l'évolution de la production annuelle de données.

Intitulé « The Digital Universe of Opportunities: Rich Data and the Increasing Value of the Internet of Things », ce rapport, réalisé avec IDC, révèle que l'internet des objets contribuerait à doubler la taille de l'univers numérique tous les 2 ans, lequel devrait peser 44 000 milliards de gigaoctets en 2020, soit 10 fois plus qu'en 2013.


À titre de comparaison :

  • le volume mondial d'informations de l'univers numérique tiendrait aujourd'hui dans une pile de tablettes iPad Air de 253 704 kilomètres, soit 2/3 de la distance entre la Terre et la Lune*. Il faudrait 6,6 piles comme celle-ci en 2020 ;

  • le volume annuel de données que produit chaque foyer tiendrait dans 65 iPhones (32 Gb) actuellement, contre 318 en 2020 ;

  • si un octet de données correspondait à 1 gallon d'eau (3,8 litres), il ne faudrait pas plus de 10 secondes pour noyer complètement une maison classique au rythme du flot actuel de données, 2 secondes seulement en 2020.


« Le poids et l'influence économiques des réseaux sociaux et du phénomène mobile dans notre société ne devraient que croître avec l'explosion de l'univers digital et l'apparition de nouvelles opportunités. Pour les entreprises, ce changement implique une évolution vers un modèle virtualisé, seul capable de s'adapter au tsunami de données qui arrive. Si le potentiel est gigantesque, sa concrétisation sera cependant un défi difficile à relever. La seule solution pour arriver à tirer pleinement profit de l'univers digital sera de repenser l'entreprise d'aujourd'hui et d'imaginer de nouveaux moyens d'innover, » explique Christian Hiller, Président et Responsable Régioanl, EMC Computer Systems France SAS.


L'explosion de l'univers numérique porté par l'Internet des objets

L'Internet des objets est alimenté par plusieurs milliards d'éléments du quotidien, comme les capteurs de vitesse intégrés aux chaussures de sport ou encore les systèmes d'analyse du trafic routier.
Ils portent chacun un identifiant unique pour enregistrer, consigner et recevoir automatiquement des données.

  • IDC dénombre actuellement pas moins de 200 milliards de dispositifs ou d'objets capables de se connecter à Internet, dont 7 % (soit 14 milliards) communiquent déjà via Internet et produisent 2 % des données numériques mondiales.

  • D'ici à 2020, le nombre des objets effectivement connectés devrait atteindre 32 milliards et représenter 10 % du volume total de données générées.



Le défi de l'exploitation des données

L'Internet des objets va aussi contribuer à augmenter la masse de données numériques exploitables, c'est-à-dire analysables.
On sait qu'en 2013, seules 22 % des données numériques étaient exploitables et que 5 % seulement d'entre elles ont été analysées, laissant un vaste trou noir dans l'univers numérique.
L'expansion de l'Internet des objets devrait porter à 35 % la proportion des données exploitables.
Aux entreprises de les analyser et d'en faire bon usage.

Pour les entreprises, de tels volumes représentent un défi gigantesque, aussi bien au niveau de la gestion, du stockage, de la monétisation et de la protection des données.
IDC estime, par exemple, que 40 % des données de l'univers numérique mériteraient d'être protégées, si ce n'est par des algorithmes de chiffrement de bout en bout, tout du moins par des politiques de confidentialité renforcées.
Or, pour l'heure, 20 % seulement de ces données sont effectivement protégées.


Autres conclusions à retenir

  • Les marchés émergents vont bientôt produire plus de données que les pays développés : actuellement, 60 % des données numériques sont issues des marchés matures, notamment l'Allemagne, le Japon et les Etats-Unis, mais le rapport devrait s'inverser d'ici à 2020, où les pays émergents deviendront les principaux producteurs de données, Brésil, Chine, Inde, Mexique et Russie en tête.


  • Le volume de données augmente plus vite que la capacité de stockage disponible : la capacité de stockage disponible dans le monde (en octets inutilisés), tous supports confondus, progresse moins vite que la volumétrie de l'univers numérique.
    Déjà en 2013, elle suffisait à peine à contenir 33 % des données numériques.
    En 2020, elle ne pourra en absorber que 15 %.
    Heureusement, la plupart de ces données sont éphémères (flux Netflix ou Hulu, données de jeux Xbox ONE, TV numérique, etc.) et n'ont pas besoin d'être stockées.


  • Le volume des données transitant par le Cloud va doubler : moins de 20 % des données numériques ont transité par le Cloud en 2013.
    Elles seront 40 % en 2020


  • Les entreprises sont majoritairement responsables des données créées par les consommateurs : si 2/3 des données de la sphère numérique sont générées ou utilisées par les consommateurs et les salariés, 85 % relèvent de la responsabilité des entreprises.



* Calcul basé sur l'iPad Air de 7,5 mm d'épaisseur avec 128 gigaoctets de capacité.

Suivez EMC France sur Twitter ou sur le blog EMC Pulse

En savoir plus Publié le 09 avril 2014
RÉAGISSEZ, COMMENTEZ, PARTAGEZ !



Actualité veille

Actualité veille

actualité de la veille et de l'intelligence économique

Rechercher sur australis

FERMER